Accueil Nous avons lu pour vous Mali : drapeaux en berne, manifestation réprimée… le bal de mauvaises nouvelles

Mali : drapeaux en berne, manifestation réprimée… le bal de mauvaises nouvelles

128
0
PARTAGER

On pourrait presque croire à un chapelet de mauvaises nouvelles. Mercredi 10 janvier, à l’issue du conseil des ministres, le gouvernement a confirmé la mort trois jours plus tôt de 48 migrants migrants maliens « dans la Méditerranée ».

« Le président de la République s’est incliné devant la mémoire des victimes, présenté ses condoléances aux familles endeuillées et souhaité prompt rétablissement aux rescapés », indique le communiqué officiel publié sur koulouba.ml.

Drapeaux en berne au Mali

Ibrahim Boubacar Keïta a également « ordonné la mise en berne des drapeaux sur toute l’étendue du territoire national à partir de minuit le jeudi 11 au vendredi 12 janvier 2018 et a invité les communautés religieuses à organiser des prières collectives le vendredi, 12 janvier 2018 et jours suivants pour le repos de l’âme des disparus ».

Sur Twitter, l’on enregistre quelques réactions de compassion. À l’instar de Mountaga Tall, président du Congrès national d’initiative démocratique (CNID Faso Yiriwa Ton), qui a exprimé ses pensées pour les familles des victimes.

 

Plus tôt dans la journée, à Bamako, une manifestation organisée par les mouvement citoyen « On a tout compris Wati Serra » contre l’intervention militaire de la France au Mali, a été dispersée à coups de gaz lacrymogène. Une « répression violente » selon le site Mali actu qui a dépêché des journalistes sur place.

 

Dernière mauvaise nouvelle, en international, les États-Unis ont décidé, le même mercredi 10 janvier, de ranger le Mali parmi les États déconseillés aux ressortissants américains, selon le nouveau guide des conseils aux voyageurs.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Envoyer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom