Accueil Nous avons lu pour vous Lutte contre le terrorisme : G5 Sahel déploie son deuxième contingent « Tonnerre »

Lutte contre le terrorisme : G5 Sahel déploie son deuxième contingent « Tonnerre »

104
0
PARTAGER

La riposte s’intensifie contre les groupes terroristes opérant dans le sahel. Deux mois après la première opération test dénommée  »Hawbi », la force conjointe anti-terroriste G5 Sahel a déployé le lundi 15 janvier une deuxième unité sur le terrain. Nom de code de l’opération:  »Pagnali » (tonnerre en français). Elle a été décidée, au cours d’une rencontre tenue à Paris en début de semaine, par les ministres de la Défense des cinq pays membres de la coalition militaire sahélienne (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Mauritanie) en accord avec leur homologue français Florence Parly .

Le site d’information malien  »Jigi » rapporte les propos du ministre de la Défense malien, Tiénan Coulibaly.

Le lancement de cette opération coïncide avec le deuxième anniversaire de l’attaque du bar-restaurant Capuccino au Burkina Faso qui a fait plus de trente morts.

Les burkinabé se souviennent des victimes de l’attaque du  « Capuccino »

« Il y a deux ans, le 15 Janvier 2016, le Burkina Faso était victime d’une effroyable attaque terroriste. Les burkinabè n’oublieront jamais les victimes » rappelle la présidence de la République du Faso sur son compte twitter. Quant aux victimes rescapées, elles réclament toujours à l’Etat burkinabè des dédommagements et soutien psychologique.

La liste des mécontents se rallonge avec les enfants centrafricains victimes de viols. Et pour cause:  la justice française a décidé un non-lieu dans l’enquête sur les accusations de viols d’enfants contre les soldats français de Sangaris entre 2013 et 2014. Elle justifie cette décision par l’absence de charges suffisantes pour envoyer les militaires devant un tribunal. L’affaire suscite des réactions sur les réseaux sociaux et agace certains internautes africains comme Thierry Tchapnga.

Comment pouvons nous faire confiance à la #France quand même notre #justice n’est pas #juste ? Avec toutes les preuves, les #photos , #témoignages et même l’attitude de notre #armée …après les #viols sur mineurs en #RCA , un non lieu. #HONTEUX !https://t.co/Daz7BJ9l2B

— Thierry TCHAPNGA (@Tchapisteph) January 16, 2018

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Envoyer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom