Accueil Actualité Un policier asperge un apprenti chauffeur de gaz poivre : La circulation...

Un policier asperge un apprenti chauffeur de gaz poivre : La circulation totalement bloquée à la Tour de l’Afrique

381
0
PARTAGER
La circulation bloquée à la Tour de l'Afrique par les camions. Photo Maliki Diallo

A Bamako, un policier a aspergé, lundi, un apprenti chauffeur de gaz poivre. Son acte a suscité la colère des chauffeurs des gros porteurs dans toute la ville. Ils ont immobilisé leurs engins près de la Tour de l’Afrique, appelant à des sanctions contre le policier.

Le long de l’avenue OUA, des camions sont stationnés à perte de vue. La circulation totalement bloquée. La colère monte: « nous faisons face aux policiers depuis hier à 22h. Ils ont aspergé du gaz un apprenti, dans les yeux. Ils l’ont violenté et menotté. Il est jusqu’à présent à l’hôpital », affirme un manifestant, furieux.

Plusieurs usagers de la route s’en trouvent piégés. Dans le désordre, certains ne savent plus à quel Saint se vouer. « Je ne comprends. Depuis 7 heures, je cherche où passer pour déposer à ma fille à l’école. Finalement j’ai décidé de garer la voiture ici pour amener la fille à pied. Son école n’est pas loin d’ici », s’offusque une dame.

Selon des témoignages, tout a commencé quand l’agent de la police a demandé au chauffeur de lui « donner son cahier. » Le conducteur, en provenance de Sikasso, proteste : « tous mes documents sont à la douane », aurait-il répondu. Le policier aurait voulu en profiter pour demander un pot de vain, mais il a buté sur le refus catégorique du chauffeur. Des échanges verbaux s’en suivent. L’apprenti chauffeur s’invite dans la danse. Le policier fait alors usage de son gaz à poivre.

Au Mali, l’incident a failli précipiter la grève annoncée dans le secteur des transports. D’autant que ce genre d’échauffourées entre policiers et transporteurs deviennent récurrents. En avril 2017, un incident du genre a fait un mort et 3 blessés au carrefour de Missabougou.

Maliki Diallo

PARTAGER
Articles précédentsNiaréla : le parcours du combattant des fabricants de balais
Articles suivantsMali : Polémique autour de l’hygiène des matelas d’occasion importés
Maliki Diallo est journaliste Reporter d’images au Groupe Renouveau (le quotidien L’Indicateur du Renouveau et Renouveau TV). Il a intégré la presse en novembre 2012 quand il était encore étudiant à la Faculté d'histoire et de géographie de l'Université des sciences sociales et de gestion. En 2017, il s'est inscrit à l'Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ-Lille) pour une licence professionnelle en journalisme multimédia. Il est l’un des 16 journalistes de la 3e promotion de la formation en alternance de l’ESJ-Lille à Bamako.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Envoyer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom