Accueil Bamako au rythme du Niger Sur le Niger Occupation des berges du Niger : les auteurs profitent des failles de la...

Occupation des berges du Niger : les auteurs profitent des failles de la loi

158
0
PARTAGER

A Bamako, des immeubles poussent comme des champignons tout au long des berges, voire dans le lit du fleuve Niger. Les autorités évoquent des insuffisances de la loi.

Vu sur les ponts, le fleuve Niger, troisième grand cours d’eau du continent, se rétrécie à Bamako. Sur les deux rives, il y a des hôtels, des aires de spectacles et même des hôpitaux. On y trouve également des maisons résidentielles. Ces constructions, illégales selon Modibo Camara, chargé des questions domaniales au Gouvernorat du district de Bamako, appartiennent à des grands groupes hôteliers du pays mais aussi à des particuliers.

« Ce sont des footballeurs professionnels, des opérateurs économiques, des avocats et même un ancien Premier ministre », précise M. Camara ajoutant qu’ils ont dû débourser entre 500 millions et 1 milliards de  F CFA, environs 50 millions d’euros, pour acquérir ces parcelles. « Ils sont riches et profitent des failles de la loi. Sinon aucun texte en vigueur n’autorise à occuper les servitudes du fleuve », précise-t-il.

Il évoque l’article 11 du décret fixant les règles spécifiques applicables aux différentes catégories de servitudes en matière d’urbanisme au Mali. Ce texte, rappelle-t-il, impose aux riverains des cours d’eau navigables et flottables le respect d’une servitude de 25m de part et d’autre des rives; et 10m de servitudes pour les riverains des cours d’eau non flottables et non navigables.

Un projet d’aménagement en gestation

Pour mieux protéger le fleuve et prévenir des risques d’inondations, le gouvernement de la République du Mali a initié un projet d’aménagement du littoral. L’objectif, selon M. Camara, vise à rétrécir le lit en le rendant plus profond et navigable. « Un plan d’embellissement de la ville est prévu dans le cadre de ce projet car, tout au long du fleuve, il y a aura des immeubles », ajoute M. Camara.

En attendant la mise en œuvre de ce projet, de nouveaux chantiers s’ouvrent le long du fleuve.

Un chantier en cours dans le lit du fleuve Niger à Badalabougou, un quartier de Bamako.

 

Harber MAIGA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Envoyer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom