Accueil Bamako au rythme du Niger La sève nourricière Sur le Djoliba : le quotidien d’un jeune « somono »

[Reportage photo] Sur le Djoliba : le quotidien d’un jeune « somono »

548
0
PARTAGER

Malgré cette période de vache maigre et la montée des eaux du fleuve Djoliba, un jeune pêcheur « somono » Aly Doucouré arrive à tirer son épingle du jeu.

Aly Doucouré fait partie de l’ethnie Somono, une communauté de pêcheurs installés au bord de Djoliba.Très jeune, il a été initié à la pêche par ses parents. Aujourd’hui âgé de 28 ans, ce métier rythme son quotidien. Nous l’avons suivi.

Le jeune pêcheur Aly Doucouré, tout sourire.

Vers 7 heures, ce mardi 25 septembre, comme chaque matin, tout seul, il prend sa pirogue. Lève l’ancre. Direction son chalut.

Le jeune Aly lève l’ancre

Il l’a dénommé sa pirogue « Bamako-Komine 9 ». Celle-ci mesure plus de cinq mètres.

Nom du bateau de Aly Doucouré » Bamako-Komini 9 »

A la poupe de sa pirogue, il rame sans relâche…

Aly rame

Arrivé à bon spot, le jeune somono libère le chalut qu’il avait placé la veille. Silures, carpes, capitaines… Diverses espèces de poissons tombent dans une écope (bidon d’huile coupé). « Il n’y a pas de prises non désirées ou trop petites », justifie-t-il.

L’arrivée à bon spot
La prise du jour

Pas une minute à perdre, Aly Doucouré doit ramener rapidement les poissons. Son gain dépend aussi de leur fraîcheur.

Les pécheurs entourés de détritus

LAISSER UN COMMENTAIRE

Envoyer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom