Accueil Bamako au rythme du Niger Sur le Niger Assainissement de Djoliba : « opération Bozo » ou solution éphémère ?

Assainissement de Djoliba : « opération Bozo » ou solution éphémère ?

137
0
PARTAGER
Alimatou Djénépo

Déchets solides, liquides et plantes aquatiques nuisibles… Le Djoliba  fait l’objet de multiples agressions. Pour y remédier, les autorités avaient lancé fin 2016 l’« opération Bozo ». Où en est-on ?

L’« opération Bozo » a fait pschitt. Lancée avant la tenue à Bamako, les 13 et 14 janvier 2017, du Sommet Afrique-France, la campagne d’assainissement des berges du fleuve Niger avait pourtant mobilisé 400 jeunes pêcheurs traditionnels.

Mission assignée à ces derniers : « Ramasser plastiques, bouteilles et tout autre objet encombrant », rappelle Bourama Sokoro, l’un des représentants de la jeunesse de « Bozola Danga », un campement de pêcheurs situé au bord du fleuve Niger. L’opération était alors parrainée par Agir, organisation non gouvernementale présidée par la Première dame Keïta Aminata Maïga.

Pourquoi l’opération Bozo s’est-elle arrêtée ?

Des pelles, des brouettes, des haches, des pirogues à moteur, des gants et des poubelles avaient été remis à quelque 200 jeunes Bozo (pêcheurs, en bambara). « Les travaux ont débuté un mois avant le sommet, se souvient Bourama Sokoro. Après deux mois de dure labeur, de la place du Cinquantenaire à la radio Klédu, le fleuve a été littéralement nettoyé. Mais depuis, plus rien. »

« Faute de moyens », l’assainissement s’est arrêté. Qu’en pensent les partenaires d’hier. Mahamadou Sissoko, coordonnateur d’Agir, estime que son ONG « n’était associée que pour parrainer l’opération Bozo » mais que celle-ci était en réalité « une initiative du Comité d’organisation du Sommet Afrique-France ». Mais nos nombreuses tentatives pour joindre Abdallah Coulibaly, président du comité, ont été vaines.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Envoyer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom