Accueil Actualité Mali: un boycott des écoles privées et l’insécurité plombent la rentrée scolaire

Mali: un boycott des écoles privées et l’insécurité plombent la rentrée scolaire

123
0
PARTAGER
Hadjiratou Maiga

Au Mali, la rentrée des classes n’a été que partiellement effective sur l’ensemble du territoire. Alors que plus de 700 écoles restent fermées dans le centre et le nord du pays à cause de la situation sécuritaire, un boycott des promoteurs des écoles privées a davantage assombri le tableau.

Le Secrétaire général des promoteurs des écoles privées, Boulkassoum Touré, est catégorique: « Tant que nous ne serons pas payés, il n’y aura pas de cour dans nos établissements ».   Il insiste à répétition: « Il n’y aura ni  d’emploi du temps, ni de cours…Tant que nous ne serons pas payés par le gouvernement « . Ce que réclament M. Touré et ses collègues, ce sont les subventions que l’Etat devrait accorder aux promoteurs des écoles privées.

Cet argent, selon eux, doit servir à payer des fournitures scolaires pour les élèves. Le virement, censé se faire depuis la mi-mars, se fait toujours attendre. Et pour les promoteurs de ces écoles, qui constituent une grande partie des établissements maliens, il est hors de question de « reprendre les cours dans cette situation. »

Des salles de classe occupées par des sinistrés 

Dans le pays, les cours n’ont pu démarrer dans plusieurs écoles privées. Selon Moussa Bah,  responsable syndical, « cette situation est très difficile pour les écoles privées qui sont à 90% liées aux subventions du gouvernement ». 

Cette situation survient alors que de nombreuses autres écoles sont aussi occupées par des victimes de la montée des eaux du fleuve Niger. Comme dans cette école de Kalaban-Coro, dans la region de Koulikoro oú pratiquement « 36 salles de classe accueillaient plus d’une centaine de personnes« . Ce lundi, le Sous-préfet de la localité a dû les intimer de quitter les lieux dans de brefs délais.

Dans le centre et le nord du pays, la situation est encore plus alarmante. Selon OCHA Mali, au total 735 écoles restent fermées à cause de la situation sécuritaire et 300 000 enfants sont non scolarisés dans les zones touchées par le conflit.

Hadjiratou Maïga et Mariam Diabaté

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Envoyer votre commentaire
Merci d'entrer votre nom